Les Fédérations des commissions scolaires

Les Fédérations des directions d’établissement d’enseignement

Les Syndicats

Des parents anglophones appuient l’abolition des élections scolaires

Source: Tommy Chouinard, La Presse

Les représentants anglophones de la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) appuient l’abolition des élections scolaires.

Selon eux, il est possible de respecter le droit constitutionnel de la minorité anglophone de gérer ses propres écoles avec une formule semblable à celle envisagée par le gouvernement.

C’est ce qu’on peut lire dans un mémoire de la FCPQ, préparé par des représentants de comités de parents de deux commissions scolaires anglophones (English Montreal et Eastern Townships). Le document a été remis au comité d’étude des systèmes électoraux créé par les commissions scolaires anglophones, qui s’opposent aux intentions du gouvernement.

“The (Education) Ministry is ready to do what it has to do.” – Steve Bletas, former chair of the Sir Wilfrid Laurier School Board

Source: The Suburban

“Why did we wait this long to start looking into this?” asks Steve Bletas. The former chair of the Sir Wilfrid Laurier School Board had just appeared before the Elections Systems Study Panel (ESSP) looking into models of governance for anglo boards. He said Quebec’s school boards just completed “an extraordinarily long” seven-year mandate which could have afforded them plenty of time to deal with low voter turnout, electoral lists and governance.

One of the panel’s four sponsors, the Quebec English School Boards Association, is paid for by anglo taxpayers to represent English boards in Quebec, and has not been fruitful on this front, most people agree. “Now we are reacting rather than being proactive,” Bletas told The Suburban,adding boards are now scrambling in panic mode once Education Minister François Blais indicated an end to school board elections and massive systemic changes. “Of course we knew it was coming but we were comfortable, as long as we weren’t touched we didn’t act.”

As chair of a board for 14 years Bletas says an overhaul is welcome, and that if boards are to be radically transformed, then they should begin with the tasks they are mandated to oversee. “Buildings and grounds and taxation can easily be handled by cities,” he says. “Cities already take care of buildings, schools actually belong to the Ministry, and taxation, well that’s just a line item in a budget.”

He says the only place where there must be a voice for people, direct control by elected representatives, is redistribution or rezoning: “That’s the crucial part, for an elected person.” He’s not for abolishing elections, but says any representation should combine both elected and appointed people, and that parents, students and teachers must have a place in any new council.

He says if elections survive they must be run by the Chief Electoral Officer of Québec, rather than the current system of individuals hired by administrations often with a tenuous grasp of process. School taxation has long been a problem for English boards, off the island of Montreal finding little sympathy from Liberal and PQ administrations. For years, education leaders appealed to successive governments to correct the inequitable system, whereby parents of anglo kids pays 35 cents per $100 of property value, while their francophone neighbours pay 19 cents.

But to reports that Quebec has already decided to institute a single rate for all boards, Bletas is skeptical: “I’ll believe it when it happens,” he laughs. “You’re telling me francophones paying 13 cents per $100 will start paying 22 cents to please les Anglais? It’s not going to happen. I don’t know how they are going to correct it. I don’t even know if it’s correctable,” he laments, adding it might be worth scrapping school taxes altogether.

Bletas also cautions about resting the defence of the status quo on English claims of constitutional protection. “I don’t’ know if that will hold up, if that’s good enough, you’d better find other reasons,” he said. “The Ministry is ready to do what it has to do. If Liberals want to abolish elected boards, and the PQ and the CAQ think so as well, do you think that will stop it? Do you think the feds will try and stop that?”

Many critics believe the panel, set up by and reporting to the QESBA, which is paid to represent anglo boards in Quebec city, is simply an exercise in self-preservation. Bletas says it is a reasonable criticism. “If there are no more boards, what will happen to QESBA?”

The ESSP wrapped up consultations this week, conducted in-person, via teleconference and video-conference, with 29 organizations, groups and individuals.

“The panel received a total of 26 written submissions and 10 written memos from organizations, groups and individuals at the end of the July 31, 2015 submission deadline,” panel chair Marlene Jennings told The Suburban. Jennings said her report, including its recommendations, will be completed by Sept. 7, 2015, and presented to its four sponsor organizations (QESBA the English Parents’ Committee Association, The Quebec Federation of Home and School Associations, and the Quebec Community Groups Network) before submission to Minister Blais and making it public via its website (www.electionspanel.ca.)

For Bletas, regardless of who receives the report, and despite his own contributions to the panel’s work, is not overly optimistic. “It’s the eleventh hour for us, and I’m afraid it may be too little too late.”

ACDSA Editorial note: Regardless of the panels findings, the panel does NOT represent the views of the Anglophone population. The Anglophone population has already spoken through the democratic process and various polls.  Primarily that they do not care about school boards nor the respective election process. For parents, the important element in their kids education are schools and their teachers. ACDSA is awaiting the Education minister’s long awaited plan and promise by Premier Couillard that schools will become masters of their own house under the new legislation.

Of course a fair question to ask Mr. Bletas is , “where were you and how did you address the needed change you allude to  when you were the chairman of SWLSB for fourteen years and a member of the QESBA?” ACDSA doesn’t have any record of Mr. Bletas speaking out on behalf of needed change.

Letter from “Badminton Pierrefonds” exposes School Boards’ shortfall that municipalities could address better.

This week, the President of the Union des municipalités du Québec (UMQ), Suzanne Roy, published an open letter in which she welcomed the participation of municipalities in new School  Councils, which will replace current school boards.

Her comments  reflects, in part, the view shared by the “Badminton Pierrefonds” organization which wrote the following letter to all LBPSB  candidates in the 2014 school board election.

“Dear Candidates;

March Break is a period when our 275 junior and adult members wish to play badminton, but cannot. To our disappointment each year the sports facility we play at is not available during this week, nor during any other school holiday. Unfortunately, holidays tend to be just when members have free time available for sports.

The Pierrefonds Comprehensive High School Field House, owned and managed by the Lester B Pearson School Board, is locked-up during this period for the following reasons; (I quote from an email sent to our club during October 2014 by the LBPSB, in response to a request we made to rent the facility during March Break 2015)

“Administrative staff is away.  Should you have any problems such as a locked door, snow removal, no one will be available for immediate assistance. If caretaker calls in sick, it can take longer to ensure a replacement. “

“Care taking staffing is reduced as most workers are also on vacation.  Caretaker shifts are shifted earlier in the day, school is closed early.”

We can see from this that there are some arrangements needed to make this sports facility available on holidays, but these seem to be of a routine nature.

Some additional points we would like to make;

1. As a sports club in the community served by the LBPSB, our members either attend LBPSB schools themselves, or are parents of children attending an LBPSC school. That is why we feel justified in our request.

2. Sports are an important aspect of the education of LBPSB students, which takes place largely outside of regular school hours. Making the facilities available during holidays lets this part of their education continue during these times.

3. These facilities are expensive and paid for by the community through school, municipal and other taxes. It seems reasonable to ask to get the maximum use out of them, by making them available during holidays.

4. Not only badminton, but other sports groups like volleyball and soccer would be interested in renting these facilities during holidays.

Could you do anything as an elected school board official to make this and other gyms available during school holidays?

Sincerely,

Bob Chalifour
Director of Membership
Badminton Pierrefonds”

Le ministre Blais maintient le cap

Source: Le Devoir, Claude Lafleur

Réforme du système scolaire

Le ministre de l’Éducation, François Blais                                                           Photo: Jacques Nadeau Le DevoirLe ministre de l’Éducation, François Blais 

À l’aube de sa première rentrée scolaire en tant que ministre de l’Éducation, François Blais se montre prudent, mais maintient toutefois le cap sur les changements importants qui ne manqueront pas de toucher le monde de l’enseignement, tant les négociations avec le personnel que la réforme du système scolaire.

Sans vouloir se prononcer sur l’état des négociations — « puisqu’un commentaire de ma part, dans un sens comme dans un autre, pourrait être très nuisible » —, le ministre Blais indique que l’enjeu de celles-ci porte en bonne partie sur la « réallocation intelligente de nos ressources limitées ». 

« Ainsi, il y a des choses qu’on ne devrait peut-être plus faire, ce qui libérerait une marge de manoeuvre qu’on pourrait investir dans autre chose de plus intéressant. Et là, les syndicats sont d’accord avec nous. » 

Un autre enjeu des négociations est l’intention du gouvernement d’augmenter de façon significative le nombre d’élèves dans chaque classe. « Bien des gens pensent que ça va se faire, mais c’est plutôt un objet de négociation », précise-t-il. 

Il explique qu’à la base de cette demande il y a le fait que, dans un monde où il faut faire des choix, il est peut-être plus judicieux, par exemple, de diminuer le nombre d’élèves par classe au primaire et dans les milieux défavorisés pour l’augmenter ailleurs. « C’est notre vision des choses, dit-il : faire mieux avec les ressources disponibles. Voilà ce qui est sur la table, alors que, pour le moment, il n’y a pas d’augmentation du nombre d’élèves par classe. » 

Décentralisation vers les écoles 

François Blais déposera sous peu un projet de loi sur la « réforme de la gestion des effectifs et des ressources » du système scolaire. « Je ne puis donner trop d’indications précises, puisque ça me poserait problème, dit-il, mais l’un des enjeux d’aujourd’hui, c’est la décentralisation des pouvoirs vers les écoles. » 

Jusqu’à quel point et comment se fera cette décentralisation, voilà ce que se demande le ministre lui-même. « Je suis certain qu’il y aura des débats à ce sujet, mais disons qu’il y a actuellement des commissions scolaires qui décentralisent et d’autres qui décentralisent beaucoup moins, et notre projet de loi va clarifier tout cela. » 

Le ministre indique même qu’« il y aura encore des commissions scolaires — ou une entité régionale —, mais les parents auront un rôle important à jouer, un rôle qu’ils n’ont pas en ce moment… ». 

Dans la foulée, il réitère que le gouvernement mettra fin aux élections scolaires et annonce qu’on aura « une autre forme de démocratie scolaire, mais je ne vous donnerai pas plus de détails, disons pour aujourd’hui que, ce qui importe pour nous, c’est de corriger une erreur historique qui remonte loin dans le temps », c’est-à-dire la façon de désigner les commissaires d’école. 

« Dans le projet de loi que l’on déposera, nous voulons réorganiser le réseau, le simplifier administrativement, ce qui pourrait nous donner un peu d’air qu’on pourra ensuite réinjecter dans le réseau, poursuit-il. On peut encore trouver des façons de simplifier le réseau et d’augmenter les sommes allouées aux services. » 

Des efforts partagés par tous 

À la suite des compressions imposées par le gouvernement, certaines commissions scolaires se voient contraintes de réduire considérablement les services offerts aux élèves. François Blais rappelle que son ministère n’offre pas de services directs, mais que ce sont les commissions scolaires qui font ces choix. « Et ce que je leur demande, poursuit-il, c’est de faire les meilleurs choix puisqu’on sait que certaines commissions réussissent à faire aussi bien avec des ressources moindres. » 

« Clairement, en ce moment, il y a des commissions scolaires qui réussissent bien malgré les efforts qu’on leur demande, insiste-t-il, alors que d’autres ont beaucoup de difficulté à y arriver… » 

À ce sujet, il mentionne la Commission scolaire de Montréal (CSDM). « On ne peut pas comprendre qu’elle ne soit pas en mesure de faire de gains », lance-t-il. Cela s’expliquerait, selon lui « parce que la CSDM est embourbée dans une bureaucratie… Il y a là des enjeux de gestion et de déploiement des ressources », estime-t-il. 

Quant aux écoles privées, le ministre rappelle que le gouvernement leur a demandé de faire le même effort, « toutes proportions gardées », que les écoles publiques. « Il n’y aura pas de changement dans le financement des écoles privées, ajoute-t-il, mais on veut qu’elles fassent aussi un effort, et elles le font. » 

Quant à la possibilité d’éliminer tout financement de ces écoles, au profit du secteur public, la réponse de François Blais est sans détour : « Si on faisait ça, on se retrouverait avec une clientèle importante qui devrait être absorbée par les écoles publiques. » Autrement dit : nombre d’écoles privées fermeraient leurs portes, et leurs élèves devraient intégrer le public. « Mais on n’a pas l’argent pour accueillir cette clientèle-là, financée en partie par les parents, indique le ministre de l’Éducation. D’un simple point de vue financier, nous n’en avons tout simplement pas les moyens ! », tranche-t-il. 

Un réseau complexe 

François Blais n’est ministre de l’Éducation que depuis février dernier. Il a été propulsé à ce poste dans des circonstances « pas faciles », rappelle-t-il : « C’est allé très rapidement, mais je suis très heureux d’être ici », dit-il avec enthousiasme. 

Il admet néanmoins avoir sous-estimé la complexité du réseau. Au départ, il connaissait bien le monde universitaire pour avoir été doyen de la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval. « Et je connaissais aussi le monde scolaire comme parent, dit-il. Mais vraiment, j’avais sous-estimé la complexité de la relation qu’entretient le Ministère avec son réseau. Certains pensent que c’est une relation de subordination, que le ministre ordonne au réseau de faire ceci ou cela, mais ce n’est pas du tout comme cela que ça fonctionne ! Il y a beaucoup de subtilités dans cette relation, ce que je suis en train de découvrir. » 

De même, il rappelle que les années 2000 ont été une période favorable au développement du réseau. « On a alors plus que doublé le nombre de professionnels en appui à la réussite scolaire, dit-il. Mais aujourd’hui, on est dans un cycle plus difficile et j’espère, comme tous les Québécois, qu’on va se sortir de ce cycle. Je le reconnais : nous imposons des compressions qui ne sont pas négligeables. »

L’enfer et la gouvernance scolaire


Source:

L’enfer est pavé de bonnes intentions...

Ce viel adage, dont l’origine est difficile à retracer mais  d’après certaines sources daterait du 12e siècle (St-Bernard) aurait refait surface vers le 20e siècle pour expliquer les crimes commis sous les régimes totalitaires de cette époque. La bonne intention renvoie à la bonne action, la bonne chose à faire. Une action délibérée, volontaire. On sait que cette action  jugée bonne pour celui qui agit  peut être considérée mauvaise pour celui qui la subit. L’intention ne prend pas en compte les conséquences non prévues, accidentelles. D’où l’expression c’est l’intention qui compte. Parfois, on le sait, de bonnes intentions ont des ramifications désastreuses, d’où l’expression «l’enfer est pavé de bonnes intentions». La bonne intention est un principe moral, pas juridique.

Rassurez-vous, en ce qui concerne la gouvernance scolaire québécoise, les actions des élu(e)s ne s’appuie pas sur le principe de la «bonne intention» mais bien celui de la «bonne foi»…

Les commissions scolaires sont pavées de bonne foi

Les élu(e)s dans le monde scolaire doivent agir selon le principe de la bonne foi. C’est un des principes à la base de l’exercice de la démocratie scolaire. Pour en connaître plus en ce qui a trait à « la bonne foi», un concept juridique, il faut consulter des documents législatifs appropriés. Selon une analyse du concept tiré  du code civil québécois

«En l’absence de définition sémantique, nous pouvons tirer de certaines dispositions générales du Code civil des définitions référentielles 15 de la bonne foi. L’article 932 C.c.Q. 16 est la disposition législative qui adopte le plus nettement une tournure définitoire. La bonne foi serait alors une croyance au départ justifiée qui pourra en bout de ligne se révéler erronée : en matière de possession, est de bonne foi celui qui se croit titulaire du droit qu’il exerce. Croyance en la connexité de la jouissance d’un droit et de son exercice, connexité entre le droit — vu comme code socialement établi — et les faits. L’erreur porte, le cas échéant, sur la jouissance du droit et, en cette matière, la bonne foi fait appel à un état d’esprit basé sur la connaissance (ou l’ignorance), affichant ainsi son profil passif.

Il en est autrement de l’exercice des droits où la bonne foi prend un rôle actif 18 : elle gouverne la conduite des parties qui s’obligent, selon les termes de l’article 1375 C.c.Q.; 19 elle pose des exigences à l’exercice des droits civils selon l’article 6 C.c.Q. 20 Quelle qu’en soit alors l’appellation — norme de conduite, devoir général, obligation légale ou obligation contractuelle implicite — tout manquement, toute violation constituera une faute. Faute intentionnelle— «en vue de nuire à autrui» 21 — ou faute non intentionnelle — «d’une manière excessive et déraisonnable» 22 —, faute par action ou par omission, faute lourde, légère et même très légère.

[…]

La bonne foi dans les systèmes d’information du droit

Dans la mesure où la bonne foi s’évalue en fonction du degré de connaissance, il nous faut nous demander quels sont les moyens d’information utilisés. Le Code civil du Québec en reconnaît de trois ordres : la publicité, la possession et la divulgation.

[…]

En recherche de cohérence, la bonne foi comme ignorance ne devrait jamais écarter la bonne foi comme norme de conduite : la coexistence obligatoire des fins du droit le commande. L’idéalisme du droit se conjugue, nous l’avons vu, au pragmatisme juridique, l’objectivisme au subjectivisme : la bonne foi, convoquée tantôt comme fin, tantôt comme moyen, supporte tant la moralité que la sécurité des rapports. Soulever une incompatibilité entre ces deux valeurs supposerait que l’une est la négation de l’autre : ce procédé rhétorique 122 invite au choix, au rejet, à la hiérarchie, faisant fi de leur solidarité intrinsèque et des accommodations qu’un système dynamique peut intégrer. S’il y avait un jour péril en la demeure juridique du Québec, il serait davantage provoqué par cette opposition idéologique que par le concept inclusif de bonne foi.

Malheureusement, faute de formation à cet égard, certains élu(e)s du monde scolaire confondent les deux concepts: la bonne intention et la bonne foi. Cela explique peut-être pourquoi certaines commissions scolaires ne se préoccupent pas de la formation des membres des conseils d’établissements. Faute de formation adéquate, obligatoire, universelle on peut se demander comment les élus scolaires dans les écoles peuvent-ils être de bonne foi? La bonne foi, sous-entend la connaissance de la loi.

Afin d’empêcher que la gouvernance scolaire au Québec se transforme en enfer, il serait plus que temps d’agir. Non? Pourquoi ne pas offrir gratuitement, dès septembre 2015, à tous les élu(e)s scolaires, une formation sur la bonne foi?

President of the Union of Quebec Municipalities Tells School Boards – “We are the authentic local governments.”

With the reform of school governance looking more and more inevitable, the municipal sector is being drawn into the issue, and rightly so. Let’s have a look at the ingredients we feel are essential for success.

As readers may recall, the Minister of Education, Recreation and Sports, François Blais, has announced that this fall he will bring down a bill altering school governance, most importantly by creating school councils that would replace the existing school boards. Municipal mayors and councillors would be invited to sit on these councils.

Personally, I think municipal sector participation is an excellent idea. We are the authentic local governments. We know better than anyone else what the needs of our citizens are and the extent of the various expectations from families. A stronger partnership between schools and the municipal sector can only be a major gain for the public. That is the first essential ingredient.

The second is better distribution of resources between schools and the municipal sector. I am thinking here of infrastructure, equipment, more diversified sports and recreational programs, safety in the areas around school zones, and support staff. With both sectors at the same table, it will be easier to discuss these issues and find innovative, efficient solutions.

The third but by no means least important ingredient is the funding of the school system. Existing problems must not be shifted to the municipalities without there being clearly identified solutions. The position of those in municipal government is clear: no new responsibilities without adequate additional funding — whether these involve collection of school taxes, transport of schoolchildren or management of school buildings. Nor should reform entail an encroachment on municipal taxation power, including property taxes. If that happens, the taxpayers will be the losers.

In short, the reform of school governance announced for this fall should be an opportunity to strengthen the partnership between schools and municipalities, increase efficiency in the use of our resources and better serve the population, with the greatest benefits going to those concerned most of all: the students!

Suzanne Roy, president of the Union of Quebec Municipalities, Mayor of Ste-Julie

L’incontournable réforme scolaire


Source: Suzanne Roy – Présidente de l’Union des municipalités du Québec et mairesse de Sainte-Julie

La réforme de la gouvernance scolaire annoncée pour l’automne doit être une occasion de renforcer le partenariat scolaire-municipal.
Photo: Annik MH De Carufel Le DevoirLa réforme de la gouvernance scolaire annoncée pour l’automne doit être une occasion de renforcer le partenariat scolaire-municipal.

À l’aube d’une réforme de la gouvernance scolaire qui s’annonce de plus en plus comme un événement incontournable, le monde municipal se sent interpellé, et cela, à juste titre. Voyons les ingrédients qui nous semblent essentiels à sa réussite.

Rappelons d’abord que le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, M. François Blais, a annoncé qu’il déposerait, cet automne, un projet de loi modifiant la gouvernance scolaire, en mettant notamment sur pied des conseils scolaires qui remplaceraient les commissions scolaires. Les élues et élus municipaux seraient invités à y siéger.

À mon avis, la participation du monde municipal à ces conseils est une excellente idée. Nous sommes des gouvernements de proximité. Nous connaissons mieux que personne les besoins des citoyennes et citoyens et les attentes des familles qui sont des plus diversifiées. Renforcer le partenariat entre le monde scolaire et le monde municipal ne peut que s’avérer gagnant pour la population. Voilà un premier ingrédient essential.

Le deuxième est un meilleur partage des ressources entre les milieux scolaire et municipal. Je pense ici aux infrastructures, aux équipements, à la diversification de l’offre de sports et de loisirs, aux coûts d’entretien des édifices et terrains publics utilisés par les établissements scolaires, à la sécurité aux abords des zones scolaires et au personnel de soutien. Assis à la même table, nous pourrons plus facilement discuter de ces questions et y trouver des réponses innovantes et efficientes.

Le troisième, et non le moindre, est le financement du réseau scolaire. Les problèmes actuels ne doivent pas être transférés aux municipalités sans que des solutions aient été trouvées. La position des élues et élus municipaux est claire : pas de nouvelles responsabilités sans un financement supplémentaire adéquat, que ce soit pour la perception de la taxe scolaire, le transport écolier ou la gestion des immeubles scolaires. La réforme ne doit pas non plus se traduire par un empiétement sur le champ fiscal des municipalités, soit l’impôt foncier. Les contribuables y seraient perdants.

Bref, la réforme de la gouvernance scolaire annoncée pour l’automne doit être une occasion de renforcer le partenariat scolaire-municipal, d’augmenter l’efficience dans l’utilisation de nos ressources et de mieux servir la population, et cela, pour le plus grand bénéfice des principaux concernés : les élèves !

Another type of election issue

Source:  The Suburban – Letter to the Editor

Although, most of our attention is focused on the upcoming, fixed-date Federal Election,  it’s worth reviewing the reasons why the Quebec government has decided to ditch forever school board elections. 

In the July 22,  West Island ‘Suburban Exclusive’ article, the President of the Quebec Treasury Board, Martin Coiteux said:

“We want to reduce administrative costs and then transfer that money to the classroom where it is most needed.”  (“Coiteux on government, cuts and changes”)

Moreover,  Premier Philippe Couillard, has clearly indicated in his plan for public education reform to give more freedom  to act :  to schools, to teachers, and parents at the local level. 

Naturally, this is most welcome to the parent , the taxpayer and the community in general.  However, the English boards are opposed to this reform as they claim it does not protect Canadian Constitution minority language education rights.

This is total nonsense.    

The anglophone community will still have its school boards and students will still use English books. In addition, real democracy will be exercised at all schools with their English-speaking governing boards.

We must combat those who wish to maintain the status quo that is characterized by a weak democracy, ethical issues , little accountability and general disrespect toward the taxpaying community.

All Quebecers must forge ahead and rally behind the Quebec government with its intentions to streamline and modernize a stagnant, anachronistic school system, with the aim to improve student achievement.

Chris Eustace

ACDSA Editorial note: It is important to note that: The ” Election System Study Panel”,  chaired by Marlene Jennings,  and it’s founding groups,  The Quebec English School Boards Association (QESBA), English Parents’ Community Association (EPCA), the Quebec Community Groups Network (QCGN) and the Quebec Federation of Home and School Associations (QFHSA) ARE NOT elected by the general population and as such ARE NOT representative of the views of the general population. These are groups which are based on  their own self interests and in no way have the legal right to claim that they represent the Anglophone population of Québec. 

Journées pédagogiques: les parents auront droit à un crédit d’impôt

Source: Tommy Chouinard,  La Presse

Québec accordera un crédit d’impôt aux parents pour atténuer la hausse de la facture pour faire garder son enfant à l’école lors des journées pédagogiques.

La Presse a indiqué mercredi que le tarif de base va jusqu’à doubler en raison des compressions budgétaires du gouvernement. Dans bon nombre de commissions scolaires, il passe de 8$ à 16$ pour chacune des 20 journées pédagogiques prévues au calendrier. C’est sans compter les frais liés aux sorties et aux activités spéciales. La facture totale des parents peut maintenant représenter plus de 400$ pour chaque enfant. Elle varie d’une école à l’autre.

La hausse du tarif est le résultat de compressions budgétaires. Plus tôt cette année, le ministre de l’Éducation François Blais a en effet décidé de couper de moitié – 10 millions de dollars – la subvention versée aux commissions scolaires pour les journées pédagogiques. Il affirmait alors qu’il ne s’agissait que de «ponctions chirurgicales». Il soutenait même qu’«on ne demanderait pas plus d’argent aux parents» en raison de sa décision. Après tout, des services de garde en milieu scolaire réalisent des surplus, disait-il.

Le gouvernement Couillard a finalement annoncé mercredi qu’il rendra admissible au crédit d’impôt pour frais de garde une partie de la hausse de la facture des parents. Il s’agit de la part du tarif de base qui dépasse 8$. Par exemple, les parents dont le tarif de base s’élèvera à 16$ par jour pourront demander un crédit d’impôt pour 8 $. Il y aura donc une hausse de la facture des parents, mais elle sera un peu moindre avec cette mesure.

Le cabinet du ministre Blais n’était pas en mesure de chiffrer l’effet du crédit d’impôt sur la facture des parents. Soulignons que ce crédit d’impôt est remboursable.

39 commissions scolaires dans le rouge

Source:  Daphnée Dion-Viens, Le Journal de Montréal

Les budgets déficitaires représentent un total de 46,2 millions $, selon les chiffres obtenus par Le Journal

L’an dernier, 32 commisssions scolaires ont reçu l’autorisation de faire un déficit alors qu’on en compte 39 jusuq’à maintenant pour l’année 2015-2016.

Photo Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés L’an dernier, 32 commisssions scolaires ont reçu l’autorisation de faire un déficit alors qu’on en compte 39 jusuq’à maintenant pour l’année 2015-2016.
Aux prises avec des compressions répétées, une majorité de commissions scolaires ont obtenu l’autorisation de faire un déficit pour l’année 2015-2016.Près d’une quarantaine d’entre elles ont inscrit leur budget à l’encre rouge. Le bilan pourrait encore augmenter au cours des prochaines semaines puisque certaines commissions scolaires n’ont pas encore adopté leur budget.

Ces 39 commissions scolaires, qui doivent obtenir le feu vert du ministère de l’Éducation avant d’adopter un budget déficitaire, seront par la suite soumises à un plan de redressement imposé par Québec. Leurs déficits anticipés représentent un total de 46,2 millions $, selon les chiffres du ministère obtenus par Le Journal.

L’an dernier, 32 commissions scolaires étaient dans la même situation. Le manque à gagner était toutefois plus important puisqu’il était estimé à 94 millions $. La situation réelle sera connue en octobre lors du dépôt des états financiers des commissions scolaires auprès du ministère.

Au cabinet du ministre de l’Éducation, François Blais, on précise d’ailleurs qu’il y a souvent un écart entre la situation anticipée et le bilan réel à la fin de l’année financière. En 2013-2014, les déficits prévus étaient de 45 millions $ alors que le manque à gagner réel a plutôt été de 9,9 millions $.

L’attachée de presse, Julie White, indique par ailleurs que les déficits dans les commissions scolaires ne sont pas «une nouveauté» et qu’il ne s’agit pas d’une façon de se soustraire aux compressions.

Un milliard $ en cinq ans

Du côté de la Fédération des commissions scolaires, on indique que la situation est le résultat des coupes imposées par Québec, qui représentent un total d’un milliard $ depuis cinq ans.

Les commissions scolaires qui adoptent un budget déficitaire ont fait tous les efforts de compressions possibles mais ne peuvent toucher davantage aux services aux élèves, affirme sa présidente, Josée Bouchard.

«D’ailleurs le ministère reconnaît les efforts qui ont été faits parce qu’il a autorisé ces déficits. On a des démonstrations à faire au gouvernement», souligne-t-elle.

La Fédération rappelle que les coûts administratifs des commissions scolaires, qui sont de 4,2%, sont parmi les plus bas des organismes publics.


Nombre de commissions scolaires qui ont obtenu l’autorisation d’adopter un budget déficitaire pour 2015-1016 :

  • 2015-2016 : 39*
  • 2014-2015 : 32
  • 2013-2014 : 7
  • Nombre total de commissions scolaires : 72

* Chiffres provisoires en date du 10 août


Total des déficits des commissions scolaires

  • 2015-2016: 46,2 M$ (anticipé)
  • 2014-2015: 94,3 M$ (anticipé)
  • 2013-2014: 9,9 M$ (réel)

Source : ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherché

COMMENTAIRES