Les Fédérations des directions d’établissement d’enseignement

Les Fédérations des commissions scolaires

Les Syndicats

Injunction denied to parents challenging EMSB

Source: Montreal Gazette

A judge has refused a group of parents an injunction to temporarily reverse a decision by the English Montreal School Board that more than doubled the number of voting members on a parents’ committee after its members were elected last fall.

The parents, who have formed a group called Parents for a Democratic EMSB, argue the decision by the board’s council of commissioners to swell the membership of the advisory Central Parents’ Committee from 23 to 49 delegates in February was illegal and showed disregard for the committee’s election results last October.

In a statement on Wednesday, the group called this week’s Quebec Superior Court ruling dismissing their request for an injunction a “minor legal setback” and said the judge noted sufficient cause for a hearing on the merits of the case. The group says it wants a court date as soon as possible.

Meanwhile, EMSB chairperson Angela Mancini said in a statement that she’s pleased with the judgment dismissing the parents’ injunction. Among the factors, it said, the judgment noted a lack of urgency for an injunction and the group’s failure to show irreparable harm.

The council of commissioners “would never have made the change to the structure of the Central Parents’ Committee had a significant number of parents not asked us to do so,” Mancini said in the statement.  The board’s decision grants the members of three regional parents’ committees a vote at the central parents’ committee, it says.

However, the parents challenging the board argue the CPC’s membership was enlarged to allow the board to influence the CPC’s position on Bill 86, which would scrap certain school board elections and which could see many commissioners lose their jobs. 

Parents for a Democratic EMSB to continue the fight to restore parent democracy

Source: Parents for a Democratic EMSB

Parents for democratic EMSB

 

The fight to restore parent democracy continues

Despite bullying tactics of EMSB commissioners, judge finds that there are sufficient concerns for court challenge to move to the next step.

 

 

Montreal, May 5, 2016 – Parents for a Democratic EMSB is pushing ahead with its court challenge against the English Montreal School Board (EMSB), despite a minor legal setback. After a full day in court on Friday, April 29, the Quebec Superior Court denied our request for safeguard measures and a temporary injunction against the EMSB, but determined that there was sufficient cause for a full hearing on the case. Our court challenge now moves to the next phase.

“Remarkably, the primary reason for this decision is because we couldn’t move fast enough,” explains David Benoit, one of the co-plaintiffs representing Parents for a Democratic EMSB. “As volunteers fighting against the well-oiled machine of the school board, without the same taxpayer money the EMSB can use to pay outside lawyers, it is not surprising that we remain at a disadvantage. But with the strength of our growing support base, we remain confident that we will succeed.”

The judge agreed that there are significant concerns that warrant a full hearing on the merits of our case. We will be working to schedule the next court date as soon as possible, to ensure that independent parent governance can be restored without delay, and that the manipulation and interference by school board politicians comes to an end.

“Democracy is never served by changing the rules midstream when you don’t get the answers you want. It is NEVER democratic to impose something without due process, without studying the consequences of the change and without allowing parents a voice to provide meaningful and well-considered feedback,” says Eamon Egan, who is also a co-plaintiff. “That’s why the Education Act mandates consultation on changes like this. Parents from Governing Boards and parent committees demanded to be consulted in good faith, and our commissioners refused to listen. Why were our commissioners in such a hurry that they felt they needed to short-circuit the process?”

Ongoing Bullying and Intimidation by the Council of Commissioners
Further demonstrating the disappointing level to which the majority of commissioners will stoop when challenged, the Council of Commissioners publicly launched an ethics complaint against Andrew Ross, our primary spokesperson, on Wednesday, April 27, as a direct response to the filing of this legal challenge. Further, the school board lawyers attacked Mr Ross’ reputation and integrity in the Friday’s court hearing, insinuating that the injunction request was personally motivated. Both instances show a disturbing trend by our commissioners, where it is okay to lash out and punish those who bring forward an opposing point of view.

“These are the kinds of low tactics that we have come to expect from commissioners who continue to show utter and complete disrespect for parents who dare oppose them,” says Elizabeth Arnot, member of Parents for a Democratic EMSB. “Not only is the ethics complaint a waste of precious taxpayer money, it is no different than direct and targeted intimidation. Much like a bully in the school yard, our Council wants to revert to name-calling and innuendo. As parents, we expect and demand better.”

About Parents for a Democratic EMSB

Parents for a Democratic EMSB is a true grassroots movement of parents from all corners of our school board who will no longer stand by while a majority of commissioners trample on the democratic rights of our community. Members represent all school levels – elementary, secondary, and special needs – and come from both inside and outside parent governance. The group is entirely self-financed, funded by generous contributions from concerned parents. To learn more about the group, please visit our Facebook page at www.facebook.com/democraticEMSB. You can also make a contribution to our Legal Fund through our crowdfunding site at DemocraticEMFSB.causevox.com.

                                                                               -30-
Source:

Parents for a Democratic EMSB
Email: DemocraticEMSB@gmail.com
http://www.facebook.com/democraticEMSB

Retiring EMSB Senior administrator sends note of thanks to colleagues and a poignant message to EMSB council of commissioners.

 

EMSB

 

“Those brave commissioners who looked beyond position, power, and influence to serve our community; they understood that our school board should be an organization where backroom politics, favouritism, manipulation, and toeing the party line have no place. The work we do for our students is far too important for that.”

Dear Colleagues,

After thirty-eight years of dedicated and loyal service, I am leaving an organization that I have loved and served with heart, mind, body, and soul. It has been a painful process and a most difficult decision. I had never given much thought to a life beyond my educational career. Sometimes though, unexpected circumstances force you to consider a different path to a new beginning. Opportunities await and I now look forward to being the sole author of the chapters to come and sharing them with my loved ones.

Before I go, I want to look back at what has made my life so fulfilling. So many wonderful people have touched me throughout my career, and I’m so blessed and very grateful. I wish to celebrate their gifts to me in this final message.

My eternal gratitude is extended to:

The young child who showed me tenderness and its power to change lives;

The troubled child who taught me humility, selflessness, and compassion;

The patient and caring teachers who reminded me that the child is at the center of all we do;

The students, parents and educators who challenged my practices and opened my eyes to look beyond the ordinary and find creative alternatives;

The parents who trusted unconditionally by sharing their compelling stories and made me a better listener;

The secretaries and support staff whose dedication and commitment to our students moved me to do more; you helped me to appreciate the day-to-day happenings that are so integral to the overall success of an organization;

The professionals and management staff whose work ethic and creativity inspired me to reach for the stars;

The principals and vice-principals whose loyalty, devotion, and commitment created magical moments as we journeyed together; you reinforced my life-long belief that respect, responsibility, trust, and relationships are the pillars of leadership and cornerstones of the human spirit;

Those exceptional hors cadres, directors, and assistant directors whose authenticity, honesty, and integrity permitted me to resolve issues in an open and safe environment, and trusted me with the freedom to lead; together we made the impossible possible;

Those brave commissioners who looked beyond position, power, and influence to serve our community; they understood that our school board should be an organization where backroom politics, favouritism, manipulation, and toeing the party line have no place. The work we do for our students is far too important for that.

The members of the associations and the larger educational community across the province for their innovation, collaboration, and inspiration;

Those extraordinary individuals who went beyond the professional sphere and became my dear friends;

These gifts have left an imprint on my spirit and made me who I am today. I will always hold them dear to my heart.

As I leave, I wish this organization continued growth and hope that the leaders will ensure that everyone has a place and a purpose; where the right to question is encouraged; where the truth is not twisted; where young and old, new and experienced, will be cherished, valued, trusted, and respected.

To you, my colleagues, my very best wishes for health and success; I urge you to continue to serve with courage, integrity, compassion, humility, and passion. Remember you are the voice of the children you serve.

Au revoir!

ACDSA editors note:  The EMSB Council of commissioners is made up of Team Angela Mancini commissioners and a few independent commissioners. 

Les comités indépendants : une nouvelle tendance en milieu scolaire anglophone?

Source:

Dans la foulée de l’étude du projet de loi 86 des groupes indépendants se sont formés. Ces groupes défendent l’idée, entre autres,  du droit des parents de contrôler et gérer leurs écoles. Ils  se distinguent du message habituellement porté par les élus et les représentants de commissions scolaires anglophones qui défendent plutôt les droits de la communauté de gérer et contrôler ses écoles.

Récemment deux groupes ont été formés: le Comité du pouvoir parental en gouvernance scolaire (je fais partie de ce groupe) et le Parents for a Democratic English Montreal School Board. Les raisons justifiant  le choix de former ces groupes diffèrent.

D’une part, le Comité du pouvoir parental en gouvernance scolaire (CPPGS) a été créé spécifiquement pour traiter  de l’abolition des élections scolaires et le projet de loi 86. Conçu dans une perspective de démocratie participative, (versus représentative), le groupe a été formé par des parents et anciens parents qui ont tous été membres de conseils d’établissement. Plusieurs personnes ont une formation en éducation. Tous ont été impliqués à divers niveaux en gouvernance scolaire, plusieurs, pendant de nombreuses années. Ne partageant pas la même lecture de l’article 23 de la charte canadienne et de la Loi sur l’instruction publique, le CPPGS est sidéré quant au traitement des parents, au manque de respect de la place qui leur est réservée à l’école anglophone. C’est pourquoi, le Comité a réagi en juin 2015 lorsque le groupe de M.Jennings a été mis en branle. Le Comité, remettant en question les prémisses du groupe Jennings,  a fait le choix d’être indépendant et de participer aux débats. Le CPPGS ne prétend pas représenter les parents mais défend le droit de ces derniers de gérer et de contrôler les écoles dans le cadre prévu par la loi.

D’autre part, Le Parents for a Democratic English Montreal School Board a  été créé, selon ma compréhension,  suite à un malentendu en ce qui a trait à l’indépendance des comités de parents à la Commission scolaire English Montreal (CSEM). Il regroupe des parents dont les enfants sont inscrits à l’école  et des supporteurs.  Au courant de l’année, la structure des comités de parents a été modifiée. Le déroulement des événements n’est pas très clair, selon J.Charron l’initiative vient des parents, ce n’est pas tout à fait la perspective de A.Ross. Pour en savoir plus à ce sujet, voici une entrevue de CJAD avec A. Ross et J.Charron tous deux parents commissaires à la CSEM. Veuillez noter que J.Charron est également un directrice-parent à l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec, un nouveau poste créé cette année. Elle a été choisie par le conseil des commissaires de sa commission scolaire pour siéger à l’ACSAQ. Il n’est pas clair comment et pourquoi elle est devenue directrice.

Or, ces groupes indépendants, externes au système, sont forts mal perçus.

En ce qui a trait au CPPGS, les opposants ne comprennent pas le principe de la démocratie participative. En démocratie, ce ne sont pas que les représentants élus ( démocratie représentative) qui ont une voix mais tous les citoyens. La démocratie participative permet à tous de participer aux débats. Le fait que des représentants élus soient contre un projet de loi ne signifie pas que les citoyens les appuient. Ils ont le droit de s’exprimer. C’est justement pourquoi, tous les citoyens sont invités à déposer des mémoires en commission parlementaire.

En ce qui a trait au Parents for a Democratic English Montreal School Board, il s’agit pour un élu, des parents et autres de défendre un principe, celui de l’indépendance des comités de parents. Selon un article du Suburban, le groupe Parents for a Democratic English School Board, s’oppose à une décision du conseil des commissaires de la commission scolaire concernant la composition du comité central des parents.

[ma traduction] En février, le conseil des commissaires a voté afin de modifier la composition du comité central des parents, ce qui a doublé le nombre de membres qui est de 49, en réponse à une demande publique de certains parents pour obtenir plus de représentants au comité des parents auprès des commissaires.

A. Ross, a été récemment l’objet d’ une plainte à l’éthique, le conseil des commissaires de la CSEM a voté en faveur d’une résolution à cet effet.  Les membres du conseil ne voient pas d’un bon oeil, le fait que ce parent-commissaire fasse partie du groupe qui entreprend un recours juridique contre la commission scolaire. Ce dernier n’aurait pas fait preuve de solidarité envers le conseil. Ici, on peut bien vouloir que M.Ross soit solidaire mais il est aussi redevable aux comités de parents. Ne joue-t-il pas son rôle en s’opposant à l’ingérence de la commission scolaire dans les affaires qui appartiennent aux comités de parents?

Bref, ces deux groupes indépendants viennent, à mon avis, de renverser la tendance dans le monde scolaire anglophone. D’abord, le discours public voulant qu’il faille défendre les droits de la communauté doit maintenant faire place à une autre lecture de l’article 23 de la charte canadienne, soit celle du  droit des parents de contrôler et gérer leurs écoles. Puis, une décision des commissaires concernant des changements à la structure des comités de parents est contestée en cour de justice. En milieu anglophone, il me semble qu’ on assiste à un renversement de situation. Le sacre des commissaires, dignes représentants de la communauté, tirerait-il  à sa fin, les parents prendront-ils enfin leur place? Pour cela, il faudrait que le conseil des commissaires de la commission scolaire arrête de mettre les bâtons dans les roues des parents et que les parents collaborateurs, ceux qui ont une foi inébranlable envers les représentants de la communauté, se questionnent quant aux raisons motivant  leur positionnement. Est-ce que cette collaboration est dans le meilleur intérêt des élèves ou celui de la communauté?  L’indépendance des comités de parents n’est-elle pas un principe qui mérite d’être défendu?

Legal Face-Off between “Parents for a Democratic EMSB” vs “English Montreal School Board” commences today.

Parents for democratic EMSB

The first hearing in the case of the “Parents for a Democratic EMSB” vs the English Montreal School Board   is scheduled  for 9 am in room 2.13. ACDSA will bring update reports during the court proceedings.

In addition, we will be adding a link to the  “Parents for a Democratic EMSB” on this site.

The 181 page motion against the EMSB states, in it’s introduction , the following:

“The plaintiffs seek a declaratory judgment in nullity with regards to a Council resolution of February 24, 2016 to drastically change the parent governance structure (see Exhibit P-1);”

“Until such time as a declaratory judgment is rendered, the plaintiffs request provisional, interlocutory and permanent injunctive orders of this court to restore and maintain the former parent governance structure in existence prior to the Council resolution of February 24, 2016;”

“The plaintiffs request that any decision(s) adopted by the Central Parents’ Committee (CPC) since the date of the resolution at bar be set aside;”

“Plaintiffs contend the Council adopted the resolution to influence or destabilize the parent’s committees for political ends. Plaintiffs argue the Council resolution is illegal, unprecedented, unreasonable, lacks transparency, was adopted without proper consultation, and should be set aside;”

ACDSA editorial note:

The longer the government waits to pass Bill 86, the more of these type of situations could  arise.
At the Bill 86 hearings, the audience was informed that intimidation against parent groups occur on a fairly regular basis. This is another example of this type of intimidation. Parents deserve to be treated better than this and deserve to have greater say in the governance of their schools.

The governance model should be from the grass roots up and not from the top down through school board partisan  directives.

Projet de loi n° 86 – Et maintenant ?

Source: Corrine Payne, Présidente
Fédération des comités de parents du Québec
Fédération des comités de parents du QuébecDepuis des semaines, le projet de loi no 86 fait couler beaucoup d’encre. Au terme du long processus de consultation des parlementaires sur cette question sensible, il est important, aujourd’hui, de rappeler ce que le projet de loi peut faire, concrètement, pour améliorer l’état du réseau de l’éducation.

Depuis le 4 décembre dernier, date où le projet de loi a été déposé à l’Assemblée nationale, on le résume souvent à une question d’élections scolaires. Rien de plus faux ! Au-delà du mode de scrutin, le projet de loi contient de nombreuses bonifications et clarifications à l’actuelle Loi sur l’instruction publique. Il cherche aussi à codifier les bonnes pratiques qui ont déjà fait leurs preuves dans plusieurs milieux.

La Fédération des comités de parents demande d’ailleurs, depuis plusieurs années, des modifications au niveau de la gouvernance, des pouvoirs et de la décentralisation. Et cela passe obligatoirement par une bonification et une clarification de la loi ainsi que par la codification des bonnes pratiques.

Des outils pour chaque jour de l’année

Certes, le projet de loi évoque une modification au mode de scrutin. Même le ministre et le premier ministre, depuis la fin des consultations particulières sur la question, ont évoqué la possibilité de maintenir le suffrage universel…

Peu importe la décision qui sera prise, il ne faut jamais oublier que les élections se tiennent une fois aux quatre ans. Mais que c’est au quotidien que la loi sera utilisée en terme de gouvernance et de décentralisation. C’est pourquoi il ne faut pas jeter ce projet de loi aux oubliettes et surtout, ne pas baser son jugement uniquement sur cet aspect.

La démocratie peut s’appliquer de plusieurs façons. Ce n’est pas parce que le Directeur général des élections n’est plus responsable d’une élection qu’elle sera moins démocratique. Il importe toutefois que les choix locaux soient en fonction des particularités de chaque milieu et en étant représentatifs de la majorité.

L’école, les enseignants et les parents ne travaillent pas, au quotidien, avec des tableaux, des ratios, des problématiques ou des structures de gestion. Au quotidien, ils travaillent avec des Béatrice, des Louis-Philippe, des Peter, des Mohammed et des Kassandra.

Cela, en tout premier lieu, est la raison pour laquelle le statu quo n’est plus possible. Il faut absolument ramener des décisions près de ces enfants et assurer une application juste et équitable de la loi. Partout et en tout temps. Après tout, même les groupes qui se sont prononcés en défaveur du projet de loi estiment que des changements seraient pertinents !

Personne ne peut travailler efficacement, dans l’objectif ultime de la réussite de tous les enfants, dans un contexte d’interprétation. Surtout que la loi actuelle ne permet à personne, ni le directeur général ou le ministre, d’intervenir pour cesser cette application à géométrie variable. Cette dernière doit être appliquée, au même titre que n’importe quel autre texte législatif. Encore faut-il que tout le monde comprenne la même chose et ait les outils pour l’appliquer correctement !

Des milieux dont il faut s’inspirer

Des solutions à une gestion plus efficiente du réseau et à une application correcte de la loi existent déjà. Dans plusieurs milieux, les bonifications et clarifications proposées par le projet de loi sont déjà mises en place et cela se passe très bien ! Pourquoi ne pas adopter ces propositions et généraliser ces bonnes pratiques ?

Par exemple, le changement du terme « approuver » par « adopter » dans les responsabilités du conseil d’établissement. Cette possibilité a toutefois provoqué des réticences chez plusieurs groupes quant à l’aspect pédagogique.

Il est important ici de rappeler que les parents engagés sont ouverts et ont un respect immense pour les qualités d’experts pédagogiques des intervenants de l’école. Par ce droit de vote de tous les membres sur des sujets qui peuvent toucher certains aspects éducatifs, les parents ne veulent pas intervenir dans les classes. Ils veulent pouvoir donner une couleur au milieu de leurs enfants, en fonction des réels besoins de ces derniers. Il est clair que pour les parents, l’expression « respectons les rôles et responsabilités de chacun » prend tout son sens. Pas question de jouer à l’enseignant ! Mais pour poser des questions, échanger et trouver ensemble les meilleures voies de succès pour tous les enfants, les parents répondent présents !

Même chose pour la participation parentale à l’élaboration du projet éducatif ou pour le droit de recevoir les mêmes documents que les autres membres du conseil d’établissement. Tous doivent être sur un même pied d’égalité, dans le plus grand respect des compétences.

Rappelons que le Rapport Beauchesne évoquait, en 2013, le fait que les parents ne se sentaient toujours pas comme de véritables partenaires du réseau, 10 ans après la réforme de 1998. La loi est pourtant claire : les parents sont une partie prenante du réseau.

Réussite éducative

Pour plusieurs, le projet de loi no 86 n’aura aucun effet positif sur la réussite de nos enfants. Nous nous demandons plutôt : le statu quo est-il vraiment mieux ? Le projet de loi n’est peut-être pas un vaccin contre le décrochage, mais c’est le début de quelque chose.

En effet, décentraliser et rapprocher les décisions des enfants nous apparait un excellent moyen de favoriser la réussite éducative de tous. Des gestes de proximité, en fonction des besoins locaux, nous semblent être des facteurs de réussite assez déterminants. La recherche a démontré que pour réduire le décrochage, il faut avoir une approche systémique pour agir sur plusieurs facteurs : des facteurs personnels, des facteurs sociaux et des facteurs scolaires. Le projet de loi va en ce sens. Peut-être pas assez aux yeux de certains, mais nous croyons que le seul prétexte de la réussite ne doit pas être une raison pour le rejeter.

Et la suite?

Maintenant, la balle est dans le camp du ministre de l’Éducation, du gouvernement et des parlementaires pour la suite des choses. Des changements sont nécessaires et le temps presse. Ce projet de loi ne doit pas mourir au feuilleton! Pas après tout le travail qui a été fait. Après tout ce que le réseau a vécu cette année, nous croyons qu’il serait irresponsable de ne pas prendre de décisions rapidement. Irresponsable envers le réseau, les administrateurs, les parents engagés et surtout, les élèves.

Le traitement dorénavant réservé au projet de loi no 86 doit être connu rapidement. Cela est non négociable. Il faut absolument que tous les partenaires soient informés rapidement. Tous doivent pouvoir s’engager dans ces changements en toute bonne foi et permettre que les espaces dédiés à chacun soient respectés.

Dan Delmar: le projet de loi 86 et l’intégration des gradués anglophones à la société québécoise

Source: Michèle Poupore

Dan Delmar, un commentateur à la radio de CJAD, a lancé un débat cette semaine en écrivant un article publié dans la Gazette de Montréal. Selon ma lecture de l’article, M.Delmar  invite la population anglophone à saisir l’occasion qui est présentée dans le cadre de l’étude du projet de loi 86 afin de réfléchir au futur des commissions scolaires. Il remet en question l’efficacité des commissions scolaires anglophones et leur contribution à l’avancement de la communauté anglophone. Après avoir rappelé que les responsables des commissions scolaires sont loin d’être impartiaux, il souligne, avec raison, les problèmes créer par l’arrivée des commissions scolaires linguistiques, qu’il ne juge guère mieux que les commissions scolaires confessionnelles. En particulier, il s’intéresse à  l’écart culturel et les problèmes d’intégration à la société québécoise auxquels doivent faire face les gradués du secteur anglophone. Il suggère la création d’un nouveau modèle qui mettra fin à cette isolation culturelle tout en permettant de préserver l’éducation en langue anglaise. Il ne comprend pas pourquoi il faudrait conserver des commissions scolaires inefficaces.

Suite à la parution de cet article, Dan Delmar a consacré son émission du 25 avril 2016 au projet de loi 86. Au cours des premières 40 minutes, il s’entretient avec Angela Mancini, Marcus Tabachnik, Ann Lagacé-Dawson et Andrew Ross. Il profite de cette occasion pour ouvrir un débat sur la pertinence de maintenir les commissions scolaires telles qu’elles le sont et sur le taux de rétention des gradués du secteur anglophone. Voici un bref sommaire des conversations.

Angela Mancini, présidente de la Commission scolaire English Montreal, croit que les jeunes quittent parce qu’ils sont bilingues et ont de meilleures offres d’emplois ailleurs. Selon cette dernière, la qualité du français offert dans les écoles est supérieure de nos jours. Évidemment elle pense à l’efficacité des commissions scolaires en  s’appuyant sur les taux de réussite de 88% et les frais administratifs de 4%. D. Delmar n’est pas tout à fait d’accord, il réexamine la réussite des commissions scolaires anglophones sous l’angle du taux d’intégration à la société québécoise qu’il juge insatisfaisant. En ce qui a trait au projet de loi 86, A. Mancini croit que les parents commissaires devraient avoir le droit de vote mais s’oppose aux pouvoirs accrus du ministre de l’Éducation.

Marcus Tabacnik, ASCAQ  croit que les commissions scolaires, telles qu’elles le sont de nos jours, permettent d’assurer l’équité dans l’offre des services. Les frais administratifs de 4% sont une preuve de l’efficacité des commissions scolaires. Un système scolaire décentralisé, un peu à l’image de ce qui se produit dans le domaine de la santé serait problématique. M.Tabachnik insiste sur le droit de la communauté de gérer et contrôler ses écoles.

Anne Lagacé-Dawson, candidate aux dernières élections scolaires,  ne pensent pas qu’il faille réduire le nombre de commissions scolaires mais qu’on pourrait améliorer la place qui est réservée aux parents. Le faible taux de participation aux élections scolaires est un problème. Cependant, il est difficile de changer les choses, les gens n’aiment pas le changement. Le système en place a été, en partie, façonné selon les priorités des responsables actuels qui s’appuient sur un réseau de personnes qu’ils connaissent. Cependant  rien n’est moulé dans le béton, il est toujours possible de faire des améliorations. En ce qui a trait à l’exode des gradués des écoles anglophones, A. Lagacé-Dawson croit qu’il existe des problèmes quant à la qualification des enseignants de français. D’ailleurs,  plusieurs parents anglophones optent pour le secteur francophone. Ces problèmes devraient faire l’objet de consultations, auprès des parents.

Andrew Ross, un représentant du groupe «Parents for a democratic EMSB», croit que le projet de loi 86 donnerait plus de pouvoirs aux parents. Son groupe vient de déposer un recours en justice afin de protéger l’indépendance des comités de parents à la Commission scolaire English Montreal. Selon ce dernier, les commissions scolaires sont toujours pertinentes, elles permettent d’assurer un pouvoir local mais il faudrait trouver un meilleur équilibre entre les  commissions scolaires et les écoles. Les parents ont des droits constitutionnels en ce qui a trait à la gestion et au contrôle des écoles, il faut prendre cela en considération. En ce qui a trait à l’intégration à la société québécoise, A. Ross réfère à son expérience dans une école de Sutton, partagée par deux commissions scolaires anglophone et francophone. Ce genre fusionnel  permettait aux jeunes non seulement de fréquenter la même école mais aussi de socialiser.

Selon toute vraisemblance Dan Delmar a réussi là où bien des parents échouent dans les commissions scolaires anglophones, soit d’ouvrir un débat à propos du  taux d’intégration des jeunes gradués anglophones à la société québécoise. Malheureusement, comme c’est trop souvent coutume, les responsables ont opté de défendre les taux de succès affichés des commissions scolaires et les taux d’efficacité administratifs plutôt que de se mettre à l’écoute et d’aborder la question  des taux d’intégration. Cela n’est pas sans rappelé l’allégorie de la caverne de Platon…On regarde les ombres sur les parois de la caverne plutôt que de faire face à la lumière…C’est à ce demandé si depuis 2008, la pensée critique dans les commissions scolaires a fait place à une fixation malsaine sur les taux de réussite et la réduction des frais administratifs?

Dans ces conditions, il n’est guère étonnant que près de 20% des élèves de la province ayant le droit de fréquenter le secteur anglophone optent pour le secteur francophone. Au fait, combien de jeunes anglophones quittent la province?

C’est ça le succès?

The Parent Power in School Governance Committee becomes independent!

 

Due to some changes made within the Parent Power in School Governance committee, ACDSA from this date forward  is no longer affiliated  with the group.

ACDSA wishes  Le Comité Pouvoir parental en gouvernance scolaire continued success in our common goal of seeing Bill 86 adopted and giving parents more say in school governance.

Le Comité pour le pouvoir parental en gouvernance scolaire devient indépendant!

Source: Michele Poupore


Créer en juin 2015, en tant que sous-comité du site internet ACDSA afin de répliquer au rapport Jennings, le Comité pour le pouvoir parental en gouvernance scolaire devient indépendant.. Les membres ont  remis, en février 2016, un mémoire en Commission culture et éducation en appui au projet de loi 86. Le Comité poursuit toujours les mêmes objectifs soit que la place des parents soit respectée dans les écoles anglophones.  Le Comité tient à remercier les webmestres du site de l’ACDSA qui ont permis aux membres du groupes de se rencontrer et d’initier leur démarche.

With jobs and influence at stake, school-board officials are hardly impartial sources of information.

Source: Dan Delmar, Special to Montreal Gazette  / Photo: John Mahoney / Montreal Gazette files

The English Montreal School Board building in N.D.G. When no more than one in five voters participates in school-board elections, the notion of abolishing the votes shouldn’t be so controversial.

As tinkering with a proposed law to restructure school-board governance continues at the National Assembly following committee hearings and seemingly widespread outrage, English Quebec should take the opportunity to reflect on the accomplishments of these bureaucracies. While giving the boards a grade of F would be severe, it’s difficult to argue they’ve passed with flying colours and noticeably strengthened anglophone communities in this province.

Bill 86 would abolish school-board elections, replacing a plethora of commissions with parent-run committees. School-board officials have been widely heard from, and reactions to the proposed law range from outrage to incense. But what of their constituents, the silent majority?

The participation rate for school-board elections is abysmal. In 2014, only 5.5 per cent of Quebecers voted. Anglophone school boards will laud their superior participation rate, which is only marginally less abysmal, at about 17 per cent province-wide. The English Montreal School Board leads the pack with a 2014 participation rate of about 21 per cent, which is considered to be impressive.

The notion of abolishing the votes and drastically reducing the number of school boards shouldn’t be so controversial. The assumption is that these organizations are essential to English Quebec because they present themselves as such, but raw data suggest otherwise. If at least 80 per cent of anglophones are consistently disinterested, the government’s plan is completely worthy of discussion and could still respect constitutional protections in place for the anglophone community.

While merging municipal and school-board elections would increase turnout, as board officials have proposed, it wouldn’t address the over-democratization and bureaucratization of the education system. Even with local star candidates, the 2014 turnout was again so low that, objectively, one can only conclude that the community’s interests are not being heard.

With jobs and influence at stake, school-board officials are hardly impartial sources of information. A new group, Parents for a Democratic EMSB, is offering an alternative narrative: Though Bill 86 is imperfect, the status quo is even worse. Parents could see their influence increase under the government’s plan, since elected commissioners don’t all necessarily have a personal stake in board matters.

Aside from unproven claims of widespread support, the boards also discourage cultural rapprochement. Prior to 1998, school boards in Quebec were divided along religious lines, and that was seen as antiquated and discriminatory. Splitting them along linguistic lines is less offensive but nonetheless divisive. While parents should have the right to choose what type of education their children will receive, dividing Quebec’s 72 school boards by language, effectively segregating anglophone and francophone students, is hardly progressive or productive.

As a result, students in the English system are deprived of formative experiences in francophone environments and have trouble embracing mainstream Québécois culture, including building the social skills necessary to find gainful employment in their home province.

Job agency Youth Employment Services recently launched a campaign highlighting the higher unemployment rate faced by young anglophones compared with their francophone counterparts. Though census information is now being collected, it is expected to show a hemorrhaging of young anglophone professionals to the benefit of cities like Toronto.

Since anglophones are already underrepresented in the public service, talent from school boards could be useful in other departments; furthering anglophone unemployment should be avoided.

Most anglophones have undoubtedly experienced frustration navigating Quebec bureaucracies in their second language. On some level, even school board-boosting anglos can appreciate the Liberal government’s attempts, though haphazard at times, to reduce inefficiencies.

A new model that ends division between anglophone and francophone students while preserving English-language education and representation in some form could prove more fruitful. But preserving school boards as they are is to feed inefficient bureaucracies, and that is no more productive or virtuous in English than it is in French.

Dan Delmar is a public-relations consultant at Provocateur Communications and host of The Exchange, Mondays and Wednesdays 8-10 p.m. on CJAD 800 Montreal.