Les Fédérations des commissions scolaires

Les Fédérations des directions d’établissement d’enseignement

Les Syndicats

What happened to our school taxes and our priorities?

Source: Montreal Gazette, Tina Wayland

Open-house visit of Plateau EMSB school was an eye opener.

Our daughter starts kindergarten next year, so we have been visiting local schools for open houses.

On Wednesday, we visited Bancroft School in the Plateau. And my goodness, what an eye opener. There’s water damage on the ceiling; the desks look old enough to have been from when I went to school; there were boxes of supplies stacked in the hallways; mismatched chairs; broken floors; paved yards with no playground equipment; walls in desperate need of paint; empty shelves in the library.

The school is in serious need of repair.

And all I kept thinking during the tour was how well-maintained and modern the English Montreal School Building is; how much money was spent during the recent school-board elections; and how our schools — the places where we craft the minds of our future citizens and leaders — are largely neglected, mistreated and ignored.

The upside of our visit? The two Grade 6 boys who gave us the tour were smart, polite, informed, and engaged young men who’ve obviously learned a whole lot from the dedicated, overworked and underpaid teachers at the school. These teachers do so much with so little, as opposed to our elected officials who manage to do so little with so much.

What happened to our school taxes and our priorities? We desperately need to invest in our schools and our children, because it’s clear that the status quo is benefiting the wrong people altogether.

Tina WaylandMontreal

There are Leaders and then there are Followers!

There are Leaders and then there are followers!!!!    While  La Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE) makes a clear statement in terms of the direction they want to go, their Anglophone counterparts “Association of Administrators  of English Schools of Quebec” appears to be quite content to follow the misguided steps of their respective School Boards  and the rib-less umbrella organization QESBA.

Like we say there are Leaders and followers but our question is why? Have they been so emasculated by the  Anglophone School Boards that they are afraid to stand up as a capable “Lets do” leaders of their schools? Has their collective self esteem sunk so low that they are afraid to speak out without the approval from their boards.  Or are they just to darn preoccupied with planning their next convention as appears to be the case in their latest October 2014  AAESQ/QESBA Bulletin which runs the headline SPRING CONFERENCE 2015.

We know many of these individuals and are simply  amazed that they allow themselves to be manipulated and controlled by School Board policy to such an extent where they are a shadow of the leaders they could be by running their own schools.

Changements dans la gouvernance scolaire du Québec: la réussite passe par l’écoute des acteurs de terrain dans les écoles

Source: La Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE)

CHANGEMENTS DANS LA GOUVERNANCE SCOLAIRE DU QUÉBEC-­? LA RÉUSSITE PASSE PAR L’ÉCOUTE DES ACTEURS DE TERRAIN DANS LES ÉCOLES

ANJOU, le 3 novembre 2014 – La Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE) salue les déclarations du ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Yves Bolduc, concernant les changements significatifs à venir dans l’organisation scolaire du Québec. « La FQDE demande depuis plusieurs années que le gouvernement revoie la structure de notre système d’éducation dans son entier » de dire la présidente Lorraine Normand-­?Charbonneau.

D’importantes réserves

Bien qu’elle soit optimiste à l’idée qu’une refonte majeure soit réalisée dans les prochains mois, madame Normand-­?Charbonneau émet quelques réserves aux annonces du gouvernement Couillard. « Nos membres sont effectivement inquiets quant aux consultations qui mèneront à l’exécution de cette restructuration », affirme la présidente de la FQDE. Elle poursuit en ajoutant que les délibérations devront s’exercer bien au-­?delà de la structure politique, avec les acteurs de terrain dans les écoles. « Les directions d’établissement scolaire et leur équipe-­?école ont une excellente lecture des besoins de leurs élèves. Le gouvernement aura tout à gagner en écoutant et prenant en considération leurs recommandations » d’avancer Lorraine Normand-­?Charbonneau.

Un palier au service des écoles

La FQDE prône le maintien d’une structure intermédiaire allégée qui réponde aux besoins des écoles. Pour la Fédération qui représente plus de 2 100 directions d’établissement d’enseignement, certains services doivent être pris en charge par un organisme externe. « Il est impensable pour une direction de se concentrer sur la réussite de ses élèves tout en veillant par exemple au transport scolaire ou à la négociation des conventions collectives du personnel des écoles », affirme la présidente de la FQDE. Celle-­?ci poursuit en précisant toutefois que bon nombre d’éléments devront être décentralisés dans les écoles : les services pédagogiques et les argents qui y sont destinés, les pouvoirs décisionnels liés à la qualité de vie dans l’école pour n’en nommer que quelques-­?uns. Madame Normand-­?Charbonneau ajoute : « Pour améliorer l’efficience de notre système d’éducation et par le fait même, la réussite des élèves, il faut diminuer la bureaucratie et s’assurer que l’école dispose des ressources adéquates. On ne pourra pas simplement décentraliser les pouvoirs et les responsabilités aux écoles sans leur accorder l’argent et les services lui permettant d’assumer une entière imputabilité » de dire la présidente de la FQDE.

Réalisation de l’élection scolaire

À ce sujet, la présidente de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement se questionne à savoir s’il n’aurait pas été préférable de restructurer le système d’éducation avant de réaliser cet exercice démocratique.

30 –

Pour renseignements :

Michèle Demers

Conseillère aux communications, FQDE 514.923.6859

La FQDE est le principal organisme professionnel représentant 2 100 directions d’établissement d’enseignement provenant de 22 associations régionales. La mission de la Fédération est de promouvoir le développement professionnel et l’excellence dans la direction des établissements d’enseignement au Québec et de défendre les droits des directions et directions adjointes d’établissement d’enseignement.

 

ACDSA Editors Note: There are Leaders and then there are followers!!!!    While  La Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE) makes a clear statement in terms of the direction they want to go, their Anglophone counterparts “Association of Administrators  of English Schools of Quebec” appears to be quite content to follow the misguided steps of their respective School Boards  and the rib-less umbrella organization QESBA. Like we say there are Leaders and followers but our question is why? Have they been so emasculated by the  Anglophone School Boards that they are afraid to stand up as a capable “Lets do” leaders of their schools? Has their collective self esteem sunk so low that they are afraid to speak out without the approval from their boards.  Or are they just to darn preoccupied with planning their next convention as appears to be the case in their latest October 2014  AAESQ/QESBA Bulletin which runs the headline SPRING CONFERENCE 2015.

We know many of these individuals and are simply  amazed that they allow themselves to be manipulated and controlled by School Board policy to such an extent where they are a shadow of the leaders they could be by running their own schools.

CTV Montreal News Poll Confirms what majority of Québecers and ACDSA have been saying.

Take away those people who are employed by the Anglophone  School Board Head Office , Commissioners of School Boards, those who have wrapped themselves in an Anglophone nationalistic flag and those who continue to believe that School Boards are protected by the Canadian Constitution , the CTV informal poll  on the following question is quite  revealing.

Are you happy the province is eliminating many school boards by merging them?

Yes 859 (55 %)
No 700 (45 %)

It is crystal clear that the majority responding to the poll, see the Québec’s governments educational direction in a very positive light. Although not yet announced, the next phase of the governments renewed educational policy will be the granting of greater powers to the schools. ACDSA as do the vast majority of Quebecers,  believe that school boards should be re-stamped as service providers and that greater financial and pedagogical powers should be given to the schools and their governing boards.

ACDSA’s position has been quite clear.

Physical school infrastructure should be under the jurisdiction of the municipality in which the school is located.

Pedagogical domain to be returned to the schools administration and teachers complete with financial resources.

Special needs to be addressed at each school level with professional services  of psychologists, speech pathologists , psychologists falling under the CLSC domain.

School Boards turned into regional serving centres dealing with transportation and human resources. However, hiring of school personnel to be done at school level.

An association of the schools governing boards would be the vehicle to communicate the larger communities concerns to the Education ministry.

 

Les zones d’ombre du plan Bolduc inquiètent

Source: Le Devoir Lisa-Marie GervaisAvec Robert Dutrisac

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

La Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) reçoit avec scepticisme et une certaine inquiétude le plan de restructuration du réseau des commissions scolaires proposé par le ministre de l’Éducation Yves Bolduc parce qu’il fournit, à ce stade-ci, très peu de details.

Tel que le laissaient présager les fuites dans les médias, les 72 commissions scolaires ne seraient plus que 46. Du côté francophone, les 60 commissions scolaires seraient réduites à 36 et les anglophones passeraient de 9 à 7. Les trois qui ont des statuts particuliers demeureraient intouchées.

Mais combien d’économies permettra une telle restructuration ? Comment garantir le maintien de la qualité des services aux élèves ? Le ministre n’avait pas de réponses, a déploré Josée Bouchard, présidente de la FCSQ. À la sortie de sa rencontre avec les dirigeants de la FCSQ et de l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec, Yves Bolduc s’est contenté de dire qu’il n’y avait pas de « quantification » à ce moment-ci, mais a promis « des économies à long terme ».

Quelles responsabilités ?

Rien, non plus, n’a été dit sur la redéfinition des responsabilités. Que quelques informations sur le redécoupage des territoires. La FCSQ comprend que le ministre n’a voulu livrer qu’une première étape de son plan. Les autres suivront après les Fêtes, a souligné Josée Bouchard. La Fédération rencontrera toutefois ses membres en conseil général jeudi matin pour leur faire part de la nouvelle carte du réseau.

Toutes les commissions scolaires seront touchées par ces fusions. Il n’y a pas qu’à Montréal que les territoires seront redécoupés, ce sera également le cas à l’extérieur de la métropole.

La restructuration majeure pressentie pour la Commission scolaire de Montréal (CSDM), la plus importante de la commission scolaire, semble aussi se concrétiser. « Je suis assez indignée », avait déclaré plus tôt en journée la présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, réagissant aux rumeurs qui circulaient concernant le nouveau plan du ministre. « Je comprends que le statu quo n’était plus possible et qu’on veuille revoir la structure et la gouvernance des commissions scolaires, mais mon impression est qu’on change quatre 25 sous pour un dollar, a-t-elle lancé. C’est même quatre 25 sous pour 1,05 $ parce qu’il va y avoir des frais à ces transferts-là. »

Selon les rumeurs, la CSDM, qui accuse un important déficit en raison de sa situation particulière, pourrait perdre le contrôle d’une partie de son territoire au profit de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys. Il y a quelques semaines, le ministre l’avait menacée de tutelle si elle n’acceptait pas de procéder aux compressions budgétaires qu’on lui demandait de faire. Mme Harel-Bourdon espère que sa commission scolaire n’est pas « punie ».

Quelles économies ?

La FCSQ doute toutefois que ces changements permettent de grandes économies, rappelant qu’en 1998, la restructuration du réseau (en commissions scolaires linguistiques et non plus confessionnelles) avait coûté 70 millions, alors que le gouvernement péquiste promettait plutôt des économies de 100 millions. Plus récemment, un scénario de fusion présenté dans le budget de l’ex-ministre péquiste des Finances, Nicolas Marceau, prévoyait des économies de 125 millions.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, croit que les fusions seules ne suffiront pas à engendrer des économies. L’important, selon lui, est de transformer les commissions scolaires en « centres de services » et donner davantage d’autonomie aux écoles.

Le chef intérimaire du Parti québécois, Stéphane Bédard, croit également que les fusions ne règlent pas tout. « Le regroupement sur de grands territoires, ce n’est pas toujours la solution, a-t-il dit. En milieu urbain, ça peut effectivement engendrer des économies. »

Quant à l’Association des directions générales des commissions scolaires (ADIGECS), elle ne digère pas de ne pas avoir été consultée par le ministre jusqu’ici, et ce, malgré le fait qu’elle avait sollicité une rencontre. « C’est quand même étonnant qu’on élabore un plan de cette envergure avec un impact potentiel non négligeable sur la vie de plusieurs personnes et qu’on ne prenne pas le temps de consulter les acteurs du milieu qui sont là à temps plein, a dit Raynald Thibeault, président de l’ADIGECS. On veut participer, mais on est confiné à un rôle de spectateur. »

Commissions scolaires: les régions davantage touchées par les fusions

Source: LaPresse Tommy Chouinard

La Commission scolaire de Montréal perdrait une partie... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

La Commission scolaire de Montréal perdrait une partie de son territoire au profit de Marguerite-Bourgeoys.
PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

(Québec) L’Outaouais, l’Estrie et la Gaspésie n’auraient plus qu’une commission scolaire francophone chacune en vertu des fusions en préparation à Québec, a appris La Presse. Plusieurs régions en perdraient la moitié, mais Montréal conserverait les siennes. Les commissions scolaires anglophones ne seraient pas épargnées par l’opération.

Comme La Presse le révélait en septembre, le gouvernement Couillard entend réduire de 72 à 46 le nombre de commissions scolaires. Le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, présentera sa proposition à la Fédération des commissions scolaires cet après-midi, à Québec. Il le fait un peu plus deux semaines après les élections scolaires, dont le taux de participation anémique de 4,85% l’a conforté dans son intention de réformer le système. Le redécoupage bouleversera de toute évidence les postes de commissaires qui viennent à peine d’être pourvus.

Selon des documents obtenus, le nombre de commissions scolaires francophones passerait de 60 à 36. Il y aurait sept commissions scolaires anglophones, au lieu de neuf. Les trois commissions scolaires à statut particulier (crie, inuite et de la Basse-Côte-Nord) demeureraient.

À Montréal, les trois commissions scolaires francophones resteraient. Mais la CSDM perdrait une partie de son territoire, dans l’ouest, au profit de Marguerite-Bourgeoys.

En Montérégie, on passerait de neuf à sept commissions scolaires. Celles de Saint-Hyacinthe et de Sorel-Tracy seraient fusionnées. Les deux commissions scolaires de l’ouest de la région (Vallée-des-Tisserands et Grandes-Seigneuries) subiraient le même sort.

Refonte majeure à Québec

La refonte est importante dans la région de Québec. Les commissions scolaires de la Capitale, des Découvreurs et de Portneuf seraient regroupées. Les Premières-Seigneuries et Charlevoix fusionneraient. Il y aurait donc deux commissions scolaires plutôt que cinq, comme, du reste, en Abitibi-Témiscamingue.

Dans les Laurentides, trois commissions scolaires seraient unifiées : Pierre-Neveu, des Laurentides, et de la Rivière-du-Nord. Il y en aurait donc deux au total au lieu de quatre. Ce serait le cas aussi au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il y aurait regroupement de Pays-des-Bleuets et du Lac-Saint-Jean d’un côté, de Rives-du-Saguenay et de la Jonquière de l’autre.

Alors qu’elles ont respectivement trois et quatre commissions scolaires, les régions de l’Estrie et de l’Outaouais n’en auraient plus qu’une. En Gaspésie, les deux commissions seraient réunies.

Chaudière-Appalaches compte aujourd’hui quatre commissions scolaires, mais trois d’entre elles seraient réunies si Québec mettait en oeuvre son plan. Seule celle des Navigateurs, à Lévis, ne serait pas touchée.

Il y aurait deux mariages au Bas-Saint-Laurent : l’un entre les commissions scolaires des Phares et des Monts-et-Marées, l’autre entre Kamouraska-Rivière-du-Loup et du Fleuve-et-des-Lacs.

Le Centre-du-Québec et la Côte-Nord vivraient la même situation: le nombre de commissions scolaires serait réduit de trois à deux.

Il n’y aurait aucun changement à Laval (une commission scolaire) ni dans Lanaudière (deux). En Mauricie, on se contenterait de redessiner les frontières des deux commissions scolaires.

À peu près toutes les commissions scolaires du Québec verraient leur territoire modifié dans l’opération. Il y a des exceptions comme les Îles-de-la-Madeleine. Le gouvernement Couillard a défini avec précision les nouvelles frontières.

Chez les anglophones, Québec veut mener à bien une fusion importante. Les commissions scolaires New Frontiers, Riverside – l’une et l’autre en Montérégie – et Eastern Townships – en Estrie – formeraient une seule entité.

Yves Bolduc ne se bornera pas à fusionner des commissions scolaires. Il entend revoir complètement leur rôle, réformer leur gouvernance et réduire leurs pouvoirs au profit des écoles.

Vers l’abolition de la moitié des commissions scolaires

Source: Radio Canada

Le ministre de l'Éducation du Québec, Yves Bolduc

Le ministre de l’Éducation du Québec, Yves Bolduc  Photo :  PC/PC/Jacques Boissinot

Exclusif Le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, annoncera mercredi un premier scénario de fusion et de réorganisation des commissions scolaires lors de sa rencontre avec la fédération qui regroupe ces organisations.

D’après les informations de Martine BironTwitterCourriel

D’après les sources de Radio-Canada, les commissions scolaires passeraient de 72 à 36. Ce sont essentiellement les 60 institutions francophones qui seront touchées, alors que les neuf organismes anglophones le seront dans une moindre mesure. Les commissions scolaires à statut particulier seront épargnées quant à elles.

Pour ce qui est de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), la plus grande de la province et qui compte 18 quartiers de la ville, elle subira une restructuration majeure. Un ménage s’impose, nous dit-on.

Les présidents élus des commissions scolaires ont été informés de la rencontre de ce mercredi et pourraient tous être convoqués jeudi à Québec.

 
Après cette annonce, suivront des négociations entre le gouvernement et la Fédération des commissions scolaires.Comme dans le secteur de la santé, le gouvernement Couillard envisage une réforme profonde du système éducatif. Les grands axes de cette réforme devraient être dévoilés après Noël, lorsque le ministre Bolduc déposera son projet de loi.

Une autre école doit fermer ses portes

Camille Laurin-Desjardins, Journal de Montréal

Des travaux de deux à trois ans nécessaires dans un établissement primaire de Notre-Dame-de-Grâce

Pas moins de 300 élèves du primaire risquent de se retrouver sans école à la prochaine rentrée, alors qu’un autre établissement montréalais doit être fermé pour des travaux de longue haleine, en raison de sa vétusté.

À la fin de l’année scolaire, l’école Sainte-Catherine-de-Sienne, située dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, fermera ses portes pour une durée de deux ou trois ans.

«Le bâtiment est vétuste», explique la vice-présidente de la Commission scolaire de Montréal et commissaire du quartier, Marie-José Mastromonaco.

Un rapport préliminaire de l’équipe multidisciplinaire de la CSDM, présenté mardi, fait état de la piètre qualité du deuxième étage du bâtiment, construit en 1986.

«Le deuxième étage a atteint sa fin de vie utile. Le parement a été fait en tôle, et s’il y avait une infiltration d’eau, il ne pourrait y avoir aucune évacuation», précise Mme Mastromonaco.

Des symptômes

Certains employés de l’école se seraient plaints de symptômes liés à des problèmes de moisissure, mais la vice-présidente de la CSDM assure que les tests n’ont pas permis de confirmer que c’était bel et bien le cas, présentement.

«Rien n’indique que la qualité de l’air est affectée dans notre rapport préliminaire, insiste-t-elle. Mais on préfère prévenir.»

Malheureusement, les travaux majeurs et nécessaires ne pourront se réaliser en cohabitation avec les élèves, a statué la CSDM. Et la hausse démographique qui affecte toute la commission scolaire se fait ressentir depuis de nombreuses années dans NDG, fait remarquer la commissaire. Les écoles primaires et secondaires débordent déjà. Aucun moyen d’y ajouter près de 300 élèves.

La solution envisageable serait une entente avec la Commission scolaire English Montreal, qui possède le bâtiment voisin de l’immeuble, où étudient une cinquantaine d’élèves en difficulté. Les négociations entre les deux commissions scolaires seraient déjà en cours.

«Il nous faut une entente avec English Montreal, pour le bien-être des enfants, clame Mme Mastromonaco. C’est sûr que s’il n’y a pas cette ouverture d’esprit ou de cœur avec notre vis-à-vis, on devra se tourner vers un plan B.»

Ne pas déraciner les enfants

Un plan B qui ne serait pas souhaitable pour les enfants, selon elle, puisqu’ils devraient se rendre jusque dans le sud-ouest de la ville ou dans Centre-Sud chaque jour en autobus.

«Ça voudrait dire déraciner un milieu de vie, on parle de familles qui marchent pour se rendre à l’école. Et l’aide aux devoirs, aussi, ça se passe au centre communautaire, donc ça ne serait plus possible», déplore la commissaire.

La Commission scolaire English Montreal n’a pas rappelé le Journal à ce sujet

Six autres écoles de la CSDM ont dû fermer leurs portes pour des problèmes de qualité de l’air ou de vétusté:

École Hochelaga
École Baril
École Saint-Gérard
École des Nations
École Sainte-Lucie
École Saint-Nom-de-Jésus
ACDSA Editors note: The needs of children comes first. Put the politicking aside. The Education minister should assign the available space or available school in the EMSB according to the needs of the children. This be an excellent opportunity to unite the Anglophone services with the Francophone services and get rid of segregationist schooling for our children, all children regardless of background. Stop this segregationist madness.

International Schools Operated by Québec School Boards Must Face Greater Scrutiny

Commission scolaire du district de Toronto: le président quitte pour prendre la direction d’une école vietnamienne

Source:

Selon toute vraisemblance, le droit des responsables des territoires scolaires de contracter des ententes avec des gouvernements étrangers conduit à des problèmes inusités. C’est le cas à Toronto. L’ancien président du Toronto District School Board (TDSB), Chris Botlton, a quitté son emploi soudainement afin de prendre la direction d’une école privée vietnamienne. Une école pour laquelle la commission scolaire de Toronto offrait des services de consultations. Ces services consistaient en une aide afin de trouver des enseignants ontariens qualifiés pour l’école vietnamienne. Un membre du conseil étudie une motion qui viserait la suspension des  services offerts à cette école vietnamienne  et de mieux  suivre l’entente contracté avec l’Institut Chinois Confucius. Il semble que la reddition de comptes quant à ces ententes internationales soit nébuleuse:  les responsables déclarent des revenus de 300 000$ , toutefois il y a des problèmes en ce qui à trait à la facturation. Les factures reliées aux dépenses encourues n’ont pas été présentées au conseil.

Toute cette histoire rappelle celle de la Commission scolaire Lester B.Pearson. La reddition de compte pour les ententes internationales contractées est faible. Une ligne dans le rapport annuel mentionnant que les revenus ont été réinvestis dans le budget opérationnel…

Il faudrait à mon avis, en raison de la popularité croissante de ces ententes, revoir la Loi sur l’instruction publique afin de mieux préciser la marche à suivre: au niveau de la reddition de comptes; au niveau de l’éthique.

Voter suppression and the English Montreal School Board

Old guard use Republican tactics to maintain hold on power

Source: Anne Lagacé Dowson – RICOCHET

In the United States they call it voter suppression. Here we call it voter irregularity. By whatever name it taints the entire electoral process.

On Nov. 4, the Montreal Gazette reported on its front page that hundreds of people were disenfranchised on election day as they tried to vote in the English Montreal School Board election. The reporter passed it off as bureaucratic ineptitude on the part of the school board. Now there is evidence that a campaign of voter suppression may have been at work.

The first shocker was discovering that Pierre-Yves Bezazz, the man running the election for the school board, was actually in the pay of the school board. It’s hard to exaggerate how wrong that is. Picture entering the playing field for a final match and finding that the referee is wearing the team sweater of your opponent. The result? Every time we cried foul, Mr. Bazzaz would respond “denied!”

The voter suppression started with the infamous voters list. Voters discovered that if there name was not on the list, they had to run a gauntlet to get registered: download a form from the internet and then trek across town to register the form with the office of Mr. Bezazz at school board headquarters. We petitioned Mr. Bezazz to make it easier to get on the list and to at least extend the deadline for getting on the list, as was done in a previous election.

Request denied

For some inexplicable reason, the Director General of Elections of Quebec has no real power over school board elections, unlike every other election in Quebec. The Minister of Education is in charge, but deputizes the school board Directors General, who in turn hire their friends, people such as Mr. Bezazz.

Another hurdle that was discovered was a classic voter-suppression technique ripped from the U.S. Republican playbook: cut down the number of polling stations. This increases voter frustration and leads to long lineups and people abandoning the polls. It was clear in the advance poll that there would be a large turnout in the English elections. No attempt was made to add polling stations.

In the northeast end of Montreal controlled by the incumbent Mancini team, there was a multitude of polling stations, at least three in every ward. In the west end of the city there was nowhere to vote in St. Henri, Little Burgundy or the entire downtown. We petitioned Mr. Bezazz to add polling stations, with at least one in the downtown. Request denied.

Hurdle after hurdle

On election day hundreds of voters arrived at the poll to discover that even with the Herculean effort they made to inscribe their names, they were still left off the list with no explanation. How come?

We discovered that Mr. Bezazz had frozen the processing of filled-out transfer forms. How many? Bezazz was cagey about how many voters were affected. We called the chief electoral officer, who referred us to the Ministry of Education. It turns out that at least 1,700 voters were going to show up on election day and discover they were not on the list. In effect, they were robbed of their right to vote.

There is now anecdotal evidence that it was many more than that.

Such fierce attempts to suppress the vote in western and central Montreal is contrasted with the ease with which people voted in Montreal North and East. The vice chair of the board, Sylvia Lo Bianco, installed her sister Louisa to captain the polling station. Witnesses saw voters waved through to vote with no reference to a voting list. These people were allowed to vote, no questions asked. The result: on Facebook Lo Bianco bragged that she got 86 per cent support, a figure that would gladden the heart of North Korea’s Kim family.

The question we are asked over and over is why such a fierce fight to hang onto power at the school board? The pay is not that great for elected commissioners. The answer is ego and money. The board has a quarter of a billion dollar budget, and a deserved reputation for looking after friends and family members of elected commissioners. You need only look at the complex web of connections between elected people and those in the pay of the board to see the indirect advantages that can be derived from these positions.

As a final note, the day after the election, Julien Feldman, a re-elected board member who ran on my slate, ran into Mancini and Lo Bianco, chair and vice chair of the English Montreal School Board. He stopped to congratulate them. Lo Bianco gave him the finger.